ActualitésInsécuritéKidnapping
A la Une

Haiti/insécurité : un ressortissant russe, propriétaire de Paryaj PAM, enlevé

À lors que le pays se trouve dans le chaos, et, les ravisseurs ne chôment pas. Un cas de kidnapping a été enregistré à l’Arcahaie jeudi 15 septembre 2022 en pleine période de protestation. Un citoyen russe qui est le propriétaire de « Paryaj PAM » a été enlevé dans sa résidence, à côtes des Arcadins, par des hommes lourdement armés, par voie maritime, selon plusieurs sources.

Les hommes qui ont commis l’act circulaient à bord d’un canoë à moteur, a appris la rédaction de FCNHAÏTI de sources concordantes.

Les cas de kidnapping tendent à augmenter malgré les mouvements de protestation qui secouent l’ensemble du territoire national. C’est le deuxième cas de kidnapping par voie maritime enregistré dans le département de l’Ouest. C’est un ressortissant russe et propriétaire de « Paryaj PAM, » une entreprise de jeu de hasard en ligne.

Parlant des deux cas, le premier concerne deux employés de l’Autorité Portuaire Nationale (APN) qui avaient été enlevés à bord d’un chaloupe par des bandits armés, le vendredi 9 septembre, à Port-au-Prince. L’identité du Russe n’est pas encore révélée. On ignore également la somme exigée par les malfrats en échange à sa libération.

En Haïti, le quotidien continue d’être marqué par la criminalité des gangs. Ces crimes sont tristement devenus le risque auquel les près de trois millions d’habitants de Port-au-Prince sont exposés. Comme à chaque crime du genre, les autorités et proches restent discrets sur les enquêtes et éventuelles négociations pour ne pas mettre en danger les victimes. Si les Haïtiens sont les premières et principales victimes des enlèvements, des ressortissants étrangers sont également ciblés par les gangs.

Plus de 650 cas de séquestrations contre rançon ont été recensés depuis le début de l’année 2021, soit trois fois plus que sur la même période l’an dernier. Les enlèvements sont devenus une menace quotidienne dans le pays surtout pour les personnes vivant dans la capitale haïtienne où la grande majorité de ces crimes sont commis.

Par Eben-Ezer Delice FCN-Haiti

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page