EnvironnementSociete

Haiti et la République dominicaine réaffirment leurs volontés à coopérer pour l’environnement des deux pays

Les ministres de l’Environnement (MDE), Abner Septembre et de la République Dominicaine, Orlando Jorge Mera, ont paraphé, récemment, une déclaration conjointe en faveur de l’environnement. À travers cette déclaration commune, ils ont réaffirmé l’engagement des deux pays à conjuguer leurs actions, en vue de développer des plans pour protéger l’environnement des deux pays voisins.

Etalant sur neuf points, ce nouvel accord consiste à reboiser les zones frontalières, protéger et utiliser durablement les bassins des rivières transfrontalières, dont celles d’Artibonite, Libón, Pedernales et Masacre. Cet accord a été signé, le 21 janvier 2021, en présence de l’ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine, Smith Augustin, du directeur général du ministère de l’Environnement M. Astrel JOSEPH, de la directrice de Cabinet du ministre Régine Abraham, des cadres du MDE et des officiels du secteur environnements de la République voisine, au poste de gestion coordonnée des frontières inter-institutions, situé dans la municipalité de Comendador, en République Dominicaine.

Peu avant la signature de l’accord, les deux ministres ont abordé plusieurs points en lien avec les différents problèmes environnementaux communs. C’était également l’occasion pour ces deux autorités de mettre un accent particulier sur les diverses opportunités que les deux pays peuvent en profiter s’ils unissent leurs actions.

De, plus, ils se sont convenus de développer des plans pour la conservation des aires protégées transfrontalières et de luttes contre le trafic illicite des espèces de la flore et de la faune. Toutefois, le ministre de l’Environnement haïtien a plaidé en faveur d’une augmentation des programmes de bourses d’études, d’échanges d’informations. Celui de la République voisine quant a lui a encouragé le développement des programmes de formations techniques dans la zone forestière ceux relatifs notamment aux gestions d’incendies, pour les pompiers forestiers et des gardes forestiers.

« L’île représente un oiseau à deux ailes (Haïti et la Rép. Dominicaine). « Il est pour nous dirigeants des deux pays, une obligation d’unir nos actions afin de préserver leurs ressources naturelles. Si la frontière physique nous sépare, nous sommes étroitement liés au point de vue écologique », a déclaré M. Abner SEPTEMBRE. C’est pourquoi, poursuit Monsieur Septembre, « nous devons entreprendre conjointement des actions d’ordres normatifs (gouvernance environnementale, politiques publiques, cadres programmatiques), et sur le plan éducatif (éducation relative à l’environnement et le changement climatique). Nous sommes appelés à poser des actions incitatives qui apportent des réponses aux besoins identifiés », a-t-il conclu.

M. Jorge Mera de son côté, a insisté sur l’importance et la nécessité pour les deux pays de travailler conjointement et surtout de porter un même discours par rapport aux problèmes environnementaux. « Si nous n’unissons pas nos efforts et ne décidons pas ensemble, nos deux pays seront les principaux perdants », a martelé le ministre de l’Environnement de la République Dominicaine.

Fact Checking News

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page