ActualitésPolitique
A la Une

Haïti/Politique: Indigné face au tableau sombre du pays, Fritz Alphonse Jean prône un consensus politique

Le président désigné de l’accord Montana pour diriger la transition a exprimé ce jeudi via une note ses préoccupations face à la crise haïtienne. Il croit que le pays est à un carrefour décisif de son histoire. Pour en sortir, il faut selon lui, un consensus politique inclusif.

Dans un message adressée à la nation, M. Fritz Alphonse Jean, président désigné de l’accord Montana, s’est montré exaspéré face au chaos généralisé d’Haïti et l’effondrement des institutions. Selon lui, c’est la conséquence de la violence du système politique, économique et social ajouté à la mauvaise gouvernance signale Haïti. « Même les institutions dont les églises, les écoles et les universités, ne sont pas épargnées », a souligné l’ancien gouverneur de la Banque de la République d’Haïti, Fritz Alphonse Jean.

 » si aujourd’hui, l’augmentation des prix du carburant sert le feu pour alimenter le chaos, c’est parce que toytrs les bases du chaos a été déjà construite et, c’est le fardeau d’une dette sociale liée à l’absence des services de base, la misère de la population, l’exclusion sociale…sces dit le président désigné.

Le président désigné de l’accord Montana pour diriger la transition croit importants les mouvements de mobilisation pour sortir le pays de l’impasse dans laquelle il se trouve.

 » Nan plen 21yèm syèk sa, nap gade nan yon sèn piyaj, kote se 2 fanm kap pote ansanm yon ti sak diri sou tèt yo. Nou menm Sektè politik, nou menm sektè ekonomik, nou menm moun save, tablo lawontèz sa ta dwe fè apèl ak konsyans nou. Sèn piyaj sa pase nan Gonayiv, youn nan depatman ki pi rich nan peyi a kote diri kapab pwodui agogo, » a martelé l’économiste.

En outre, selon l’accord Montana, la réforme des institutions étatiques est un impératif. Elle aidaira à résoudre les problèmes fondamentaux de la nation, car sans ces réformes nous n’allons pas établir la cohésion sociale, la confiance et la paix politique, dit Fritz Alphonse Jean qui continue d’expliquer les points forts de l’accord dont il est l’objet : organisation des élections crédibles, construction de nouvelles bases économiques, une nouvelle société, entre autres.

Le désespoir ne doit pas nous entraîner sur des mauvaises pentes, estime l’économiste Fritz Alphonse Jean qui prône un consensus politique nationale entre tous les acteurs de la vie nationale en vue, dit-il, de freiner la descente aux enfers d’Haïti et aboutir au dialogue national.

JA/FCNHAÏTI

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page