ActualitésInternationalPolitique

République dominicaine : un nouveau Ministère proposé spécialement pour Haïti

Les dominicains veulent un Ministère spéciale pour Haïti. Ce projet a été proposé au Gouvernement dominicain pour des suites favorables. Ce nouveau Ministère des affaires haitiennes (MAH) devra centraliser la formulation, l’execution et l’administration des politiques, a-t-on lu dans un article publié au journal Listin diario le vendredi 26 août 2022.

Les dominicains passent à une autre étape. Ils veulent mieux gérer la question d’ Haïti en instituant le Ministère des affaires Haïtiennes( MAH). Une proposition faite au Gouvernement de la République Dominicaine pour centraliser la formulation, l’exécution et l’administration politique en Haití .

Sous la protection du MAH et sous son autorité directe, la République voisine géréra la conception, la formulation et le contrôle diplomatique de tout ce qui concerne Haïti notamment, mais pas seulement, la revendication de la dette envers la France, la justification, les procédures judiciaires et l’aide à sa promotion, y compris les instances internationales, ainsi que la nomination d’ambassadeur rattachée au Ministère des Affaires étrangères et soumise à son règlement mais sous le contrôle administratif et politique du MAH.

Incluera le personnel militaire et policier déployé en tout point de la frontière et ayant des responsabilités dans cette zone sera affecté, transféré et/ou remplacé par l’autorité du MAH, exerçant des fonctions de garde-frontière, de force publique et d’armée. Un chapitre spécial, à débattre, concerne la gestion des douanes, leur donnant un traitement de sécurité et d’ordre public. Il administera aussi la gestion de toutes les affaires consulaires, l’octroi de visas de toute nature, les permis de travail et/ou de transit, d’études, de séjour, d’affaires, etc. en faveur des citoyens ou intérêts haïtiens ne peut être accordée que par ce ministère.

Un an après la formation du ministère, tous les permis, visas, résidences, etc., accordés avant la formation du MAH, doivent être revalidés par le MAH et ce sera la seule institution autorisée à accorder, refuser ou révoquer les permis.
La Direction de la Coopération Internationale du MAH sera en charge de la gestion de l’aide à Haïti dans toutes les instances et instances concernées. L’administration des fonds alloués à Haïti dépendra des modalités prévues par le donateur et/ou des accords signés à cet effet entre les parties. Nonobstant ce qui précède, ce Département sera chargé de la désignation et de la sélection de la ou des entités publiques ou privées à qui seront confiés les projets de travaux, de génie civil, agricoles, d’élevage, etc.

Tous les Ministères, agences, directions générales ou départements du gouvernement dominicain dont les activités ou programmes spéciaux sont à l’origine d’une relation et/ou d’un lien avec la population haïtienne sur ce territoire, doivent notifier et attendre l’approbation du MAH avant d’entreprendre l’exécution dudit programmes ou activités, quels qu’ils soient, élongation Listin diario.

La gestion des situations généralement conflictuelles dues à l’utilisation excessive des installations hospitalières pour les femmes en travail, les malades, les indigents, les détenus et/ou les mineurs et autres, passera progressivement à la compétence juridique et physique du MAH. De même, les conflits impliquant des ressortissants haïtiens et qui relèvent ou pourraient relever de l’ordre public seront également enregistrés par le MAH et relèveront également progressivement de sa compétence, poursuit le journal dominicain.

Rétablir l’ordre

Les dominicains, qu’ils soient nationalistes actifs, pacifiques indifférents ou angoissés en masse, considèrent la présence massive d’haïtiens illégaux sur leur territoire comme un problème, une menace existentielle ou une tragédie. Haïti, cependant, est une réalité sur un chemin de terre en grande partie ingouvernable, qui abrite quelque 10 millions de personnes.

À en croire le journal, il est nécessaire et pertinent de comprendre que la diabolisation des Haïtiens, l’attribution de mauvaises intentions, les schémas de domination et les complots ne résolvent aucun problème, mais aggravent ceux qui existent déjà. Haïti a besoin de solutions, mais elle n’est même pas en mesure de les rechercher seule. Par conséquent, la République dominicaine, dans son propre intérêt, peut et doit assumer une position de consensus multipartite qui remplace la dénonciation par la coopération, transforme le climat d’hostilité et rapproche les solutions du rétablissement de l’ordre public en Haïti.

Frantz Romage

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page