International
A la Une

Le «fantôme de Kiev»,qui aurait abattu plusieurs pilotes russes, existe-t-il sûrement ?

Aucun élément ne prouve l’existence d’un pilote ukrainien qui aurait abattu à lui seul six avions russes. Affublé d’un nom et de visages d’autres personnes, le «fantôme de Kiev» navigue entre légende urbaine et statut de mème sur les réseaux sociaux.

Depuis le 25 février dernier, les réseaux sociaux ont trouvé un héros. Surnommé le «fantôme de Kiev», cet homme est présenté comme un pilote d’aviation ukrainien, qui aurait abattu à lui seul tantôt cinq, six, voire dix avions russes, en quelques heures à peine, à bord de son MiG-29. La veille, l’agence Reuters avait relayé une annonce de l’armée ukrainienne, faisant état de la destruction de cinq avions et d’un hélicoptère russe, dans la région de Luhansk, bastion indépendantiste. Il n’en fallait pas davantage pour faire naître la légende du «fantôme de Kiev». Nulle part, pourtant, n’est écrit qu’un seul pilote est à l’origine de la destruction annoncée.

Est d’abord une vidéo, censée montrer le héros dans les airs, qui a massivement circulé. Au point, même, d’être relayée par le compte Twitter officiel de l’armée ukrainienne, sur le compte duquel ces images ont été visionnées plus de 826 000 fois. On peut y voir, dans le ciel, un avion militaire en abattre un autre.

Mais cette désinformation en a mené à d’autres. Loin de perdre en vigueur, le «fantôme de Kiev» a désormais un visage, qui circule de manière extrêmement virale et sous différentes formes. Toutes les images censées le représenter, sans exception, sont fausses, trafiquées ou anciennes. Commençons par ces photos d’un pilote, installé dans son avion de chasse le pouce levé. Là encore, ce cliché est non seulement relayé par des internautes lambda, mais aussi par le compte officiel de l’armée ukrainienne.

Par Eben-Ezer DELICE
FCN Haïti avec libération.fr et Le journal

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page