CoopérationDroits humainsInsécurité
A la Une

La représentante de l’ONU en Haïti, Helène La Lime plaide en faveur d’un dialogue constructif entre les haïtiens

Le conseil de sécurité de l’ONU, s’est penché le vendredi 18 février sur le cas d’Haïti. Dans ses interventions, la cheffe de la mission du Bureau Integré des Nations Unies en Haïti (BINUH),Mme Hélène La Lime a fait savoir que la situation d’Haïti est très critique à tous les niveaux. Pour elle, seul un compromis entre les acteurs peut aider à résoudre la crise haïtienne.

« Toutes les parties en Haïti devraient entamer un vrai dialogue, afin de parvenir à un accord inclusif au bénéfice du pays. Ce dialogue est incontournable pour mettre un terme à la crise socio-politique. Et, il va permettre d’organiser les élections et mettre le pays sur la voie du progrès », a déclaré Mme La Lime.

Toujours dans ses propos, la cheffe de mission du BINUH a souligné les difficultés majeures auxquelles le système judiciaire haïtien fait face depuis bien temps. Et aussi, les autres institutions chargées d’appliquer les lois sont faibles, a-t-elle expliqué. Plus loin, Madame La Lime a indiqué qu’Haïti est pris en otages par des groupes armés qu’elle qualifie de criminels qui terrorisent des paisibles citoyens-nes.

Alors, vu le manque d’effectif et le manque de matériels auxquels la police nationale d’Haïti fait face, le numéro du BINUH croit que la PNH à elle seule ne peut stopper les actes banditismes dans le pays. Toutefois, elle reste convaincue que le phénomène des gangs ne peut être réglé uniquement par le maintien de l’ordre. « On doit mettre en place des projets socio-économiques et des activités de réinsertion visant à générer des emplois et revenus dans les quartiers les plus touchés par le fléau de la violence des gangs », a recommandé Mme La Lime.

FCN Haïti

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page