GouvernanceDroits humainsSociete

Haïti/Journée internationale de la démocratie : L’OCNH déplore la banalisation du modèle de gouvernance démocratique en Haïti

Ce jeudi 15 septembre ramène la 15ème journée internationale de la démocratie selon la résolution A/62/7 adoptée par les Nations-Unies en date du 8 Novembre 2007. Une journée qui ne se présente pas sur un bon ton pour Haïti, à en croire les responsables de l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH).

Si dans certains pays, le terme démocratie renvoie à des politiques publiques visant la protection des droits fondamentaux des citoyens, en Haïti, il en est tout autrement, déplore l’organisme de défense des droits humains.


« Ce jeudi 15 septembre 2022, marque la journée internationale de la démocratie, décrétée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 8 novembre 2007 dans sa résolution A/62/7. En cette occasion, l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH) observe avec consternation, la banalisation de la démocratie en Haïti où les droits fondamentaux de la personne humaine sont tous bafoués », peut-on lire dans une note rendue publique dont une copie est parvenue à notre rédaction.

Pour l’OCNH, les autorités devaient être capables de satisfaire un ensemble de besoins primaires dont l’accès à l’éducation, à la santé, à la nourriture, au logement et à un emploi décent. On en est loin et même très loin, constate l’organisation défense des droits humains.


« Depuis trois décennies, le processus de démocratisation en Haïti est confronté à un ensemble de pratiques qui entravent l’avenir de la nation. Le non-respect des grands principes démocratiques tels que : le pluralisme, l’idéologie, l’alternance politique, l’indépendance de la justice, la transparence et l’État de droit, plongent le pays dans une crise sociopolitique et économique permanente.

Par ailleurs, les principales institutions dont le rôle est de protéger les acquis démocratiques sont toutes ruinées par la corruption, et, l’Etat haïtien est aujourd’huI au bord de la faillite », écrit l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH). Selon l’article 21 de la Déclaration Universelle des Droits Humains (DUDH), “la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics; cette volonté s’exprime par les élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote”, rappelle l’OCNH

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page