Non classifié(e)

Haiti-Droits Humains : le collectif Défenseurs Plus plaide pour la participation des personnes vulnérables aux décisions du pays

Le Collectif Défenseurs Plus, dans une note publiée ce vendredi 16 octobre 2020, exprime son inquiétude par rapport à l’aggravation de la pauvreté qui a engendré des tensions sociales susceptibles de nuire au climat des affaires du pays, et freiner tout investissement privé, à l’occasion de laJournée mondiale de l’alimentation (16 octobre) et Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté (17 octobre)

Cette situation de pauvreté et de sous alimentation s’est donc aggravée avec les crises politiques et sanitaires que nous avons subis et leurs conséquences sur le taux de chômage, ainsi que la réduction du pouvoir d’achat des ménages. Pour faire face à la crise économique, qui a pour corolaire l’instabilité du taux de change, le gouvernement a décidé récemment d’intervenir dans la politique monétaire en influençant la dépréciation du dollar. Cette décision devrait engendrer une baisse graduelle des prix des produits de premières nécessités, rapporte l’organisme de defense des droits humains.

Cette baisse que nous avons remarqué sur le marché doit être beaucoup plus globale, dans le sens qu’elle doit concerner tous les produits et services et non quelques-uns en vue de pallier à cette insécurité alimentaire chronique, a fait remarquer le collectif défenseurs Plus qui souhaite que le gouvernement fixe les prix des produits et services afin de corriger l’irrégularité constatée sur le marché..

Par ailleurs, dans cette note portant la signature de Mme Samendina Lumane JEAN, responsable de Communication de cet organisme,le Défenseurs Plus plaide pour la mise en place d’une politique publique favorisant l’accroissement de la production nationale qui serait non seulement favorable pour nos producteurs mais qui nous permettra aussi d’être moins dépendants de l’exportation et notamment du dollar américain.

Selon les données de l’Enquête sur la Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-V), Défenseurs Plus souligne que plus de 80% des personnes se trouvant en situation de pauvreté extrême vivent en milieu rural. Il y a 38% de la population rurale qui se trouve dans l’impossibilité de satisfaire ses besoins nutritifs contre 12% dans les zones urbaines.

Le collectif Défenseurs Plus attire l’attention des autorités étatiques qu’en vertu de l’article 22 de la Constitution haïtienne, l’État doit garantir le droit à un logement décent, à l’éducation, à l’alimentation et à la sécurité.

Rappelons que d’après des données issues d’une étude réalisée en octobre 2019 par la Coordination nationale pour la sécurité alimentaire avec le soutien du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un haïtien sur trois, soit près de 4 millions de personnes, a besoin d’assistance alimentaire d’urgence. De plus, Haïti est classée 169e sur 189 pays, en matière d’Indice de Développement Humain (PNUD, 2019).

Gesner Jean Marie
[email protected]

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page