International
A la Une

En Amazonie, disparition d’un journaliste britannique et d’un expert brésilien

Deux jours après la disparition dans une région reculée d’Amazonie d’un journaliste britannique et d’un spécialiste brésilien des peuples autochtones, les proches des deux hommes ont manifesté leur vive inquiétude, mardi 7 juin.

Le journaliste indépendant Dom Phillips, 57 ans, collaborateur régulier du quotidien The Guardian, qui faisait des recherches pour un livre dans la Vallée de Javari, et Bruno Araujo Pereira, 41 ans, spécialiste reconnu des peuples indigènes, n’ont plus été vus depuis dimanche matin. 

Ils avaient « reçu des menaces sur le terrain la semaine (précédant) leur disparition », ont révélé dans un communiqué l’Union des organisations indigènes de la Vallée Javari (Univaja) et l’Observatoire pour les droits humains des peuples indigènes isolés et récemment contactés (OPI).

La police civile d’Amazonas, qui est impliquée dans les enquêtes, a indiqué mardi soir qu’elle interrogeait un « suspect ». Quatre autres personnes ont été interrogées « comme témoins ». La police fédérale et la marine ont repris leurs recherches mardi, cette dernière avec des hélicoptères notamment.

Orpaillage et invasion de terres indigènes

Selon l’Univaja et l’OPI, les deux hommes ont rejoint le lac Jaburu vendredi soir. Ils ont pris le chemin du retour dimanche matin, mais ne sont pas revenus comme prévu à Atalaia do Norte. Ils ont fait un arrêt dans la communauté de Sao Rafael, où Bruno Pereira avait prévu un rendez-vous avec le chef local afin d’évoquer la question des patrouilles indigènes pour combattre les « invasions » de terres, de plus en plus fréquentes sous le gouvernement Bolsonaro. Le chef local n’arrivant pas, ils ont décidé de rentrer à Atalaia do Norte, à deux heures de bateau. Ils ont été vus pour la dernière fois juste en aval de Sao Rafael.

Une disparition plus qu’inquiétante

La police fédérale a confirmé à l’AFP que les deux derniers hommes à avoir vu Phillips et Pereira avaient été interrogés lundi, puis relâchés. « Chaque minute compte (…). Nous appelons les autorités brésiliennes à faire tout leur possible », a imploré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux depuis le Royaume Uni la sœur du journaliste, Sian Phillips. 

« Nous savions que c’était un endroit dangereux, mais Dom pensait qu’il était possible de préserver la nature et la vie des peuples indigènes », a-t-elle ajouté. L’épouse brésilienne du journaliste, Alessandra Sampaio, installée avec lui à Salvador (nord-est), a demandé dans une vidéo diffusée par TV Bahia « une intensification des recherches ».

FCNHAÏTI avec AFP

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page