ActualitésDroits humainsInsécurité

Criminalité : Au moins 57 personnes assassinées dans le pays pour le mois d’août, révèle l’OCNH

Au cours de la période allant du 1er au 31 août 2022, au moins 57 personnes ont été assassinées dans le pays, dont trois policiers, a révélé l’Organisation des citoyens pour une nouvelle Haïti (OCNH) dans son 3e rapport, publié ce mardi. La plupart des cas d’homicides soutient l’organisme de défense des droits humains, ont été recensés dans les départements de l’Ouest et du Nord.

Dans le cadre de la poursuite de son programme de monitoring sur les cas d’assassinats survenus sur le territoire national, l’OCNH présente son 3e
rapport constituant un bilan des cas d’assassinat commis en Haïti, du 1er au 31 août 2022. Les statistiques présentés à travers ce présent rapport font croire que 57 cas d’homicides ont été recensés en Haïti.

Le département de l’Ouest notamment la région métropolitaine de Port-au-Prince arrive en tête de ce macabre décompte, avec environ une trentaine de personnes assassinées. A part du département de l’Ouest, les crimes ont été comptabilisés dans les départements du Nord, du centre, du Sud, du Sud-Est et de l’Artibonite, peut-on lire dans le 3e rapport de l’OCNH.

Toutefois, le responsable plaidoyer de cette structure, Me Maurel Saint-Cyr a précisé que le bilan présenté n’est pas exhaustif, car l’accès n’était pas accessible dans de nombreuses zones en raison d’affrontements des groupes de gangs. Cependant, pour montrer la fiabilité du travail, Me Saint-Cyr a déclaré que le travail de monitoring a été effectué de concert avec des organisations communautaire de base (OCB) travaillant dans la défense des droits de l’homme. « Les chiffres présentés dans ce 3e rapport sont fiables », a insisté l’homme de loi.

Face à ce tableau sombre de l’insécurité qui gangrène le pays, l’OCNH a saisi de l’occasion pour formuler certaines recommandations à l’intention de ceux qui sont au plus haut sommet de l’État. Pour l’OCNH, l’État doit continuer à poser des actions concrètes pour stopper l’approvisionnement des bandits en armes et en munitions qui alimente l’insécurité.

Par ailleurs, l’OCNH appelle les autorités à mettre en application les recommandations 131.35 et 131.40, acceptées par Haïti et formulées par la France et le Paraguay dans le cadre de l’examen périodique universel lors de la cinquantième session du Conseil des droits de l’homme, invitant l’Etat à garantir la sécurité des personnes face à la violence des groupes criminels et lutter contre l’impunité des auteurs de la violation des droits de l’homme, en enquêtant véritablement sur les massacres de Grand Ravine, la Saline et Bel Air.

Ratifier le Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale, la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et son protocole facultatif et la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées et soutenir l’établissement en Haïti d’un bureau autonome du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme afin de garantir la collaboration continue avec le Haut Commissariat sur les questions relatives aux droits de l’homme, sont également les recommandations faites par l’OCNH à l’État haïtien.

Par Peterson Jean Gilles

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page