Insécurité

Martissant, est-il un defi pour les autorités?

Depuis environ 8 mois, La zone de Martissant devient le théâtre de guerre fratricide où les hommes armés tuent, fouillent, enlèvent et violent leurs propres compatriotes. Cette zone reste un danger imminent pour les dirigeants haïtiens. La région du grand Sud menace de se séparer de la capitale face aux actions inhumaines et meurtrières des bandits à Martissant.

Jamais une semaine sans entendre les cartouches à Martissant. Les marchands de toute part, les écoliers, les universitaires, personne n’est plus autorisée vraiment à fréquenter la route de Martissant depuis près de 8 mois, car le sang de nos frères et sœurs coule à flot. Est-il question de guerre entre les groupes armés pour le contrôle de leur territoire? Est-il question de la politique pour mettre fin à la vie de personnes qui habitent dans les quartiers défavorisés? L’État existe-t-til en Haiti? Une pléiade d’interrogations faites par des citoyens qui laissent la 3ème circonscription de Port-au-Prince, lors d’une entrevue réalisée par la rédaction de l’agence en ligne FCNHAÏTI.

« Martissant reste un défi pour nos dirigeants qui semblent être les patrons de ces groupes armés. Nous ne pouvons plus compter d’autres cadavres dans le pays. Si les autorités ne prendront pas leur responsabilité pour éradiquer le phénomène de l’insécurité généralisée en Haïti, il n’y aura pas d’espoir les citoyens-nes. Nous ne pouvons plus respirer et nous sommes encore sous la menace des gangs partout dans le pays, » dit les citoyens avec larmes aux yeux.

Le kidnapping, l’assassinat et la violence deviennent des mots courants en Haiti. Nul ne peut prétendre qu’il est en sécurité partout où il se trouve, ajoute ces anciens habitants de Martissant qui demandent au premier ministre Ariel Henry et le chef de la police, M. Frantz ELBÉ de prendre les responsabilités en vue de déraciner ces foyers de gangs à Martissant, Croix-des-Bouquets, entre autres.

FCNHAITI

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page