Non classifié(e)

Haiti/La Presse: Des associations de Journalistes s’insurgent contre les propos de Jovenel MOISE devant le conseil de sécurité de l’ONU

La Solidarité des Femmes Haïtiennes Journalistes et le Collectif des Médias en Ligne sont indignés suite aux propos pour le moins grotesque et fracassant du Président Jovenel MOISE devant le conseil de sécurité des Nations -Unies. La SOFEHJ et le CMEL considerent  les déclarations du chef de l’État comme une carte blanche donnée aux agents de la Police Nationale pour réprimer les travailleurs de la presse au moment que ces derniers couvrent les mouvements de rue dans le pays.

 » Les propos de Jovenel MOISE viennent de mettre de  l’huile sur le feu, surtout dans ce contexte oú les travailleurs de la presse étaient deja dans le viseur des policiers ,car ces derniers ont, à maintes reprises, lancé des grenades lacrymogènes  et tiré à balles sur des journalistes lors des manifestations anti-gouvernementales »,  a réagi la coordonatrice Générale de la SOFEHJ. De l’avis de Martine ISAAC, c’est une maneouvre pour intimider et créer un sentiment de peur chez les travailleurs de la presse pourqu’ils abandonnent le terrain au plus prochain mouvement de rue.

« Ces déclarations claires et nettes viennent de legitimer et risquent de continuer à légitimer, si rien n’est fait par les forces vives du pays pou freiner la machine à répression  de Jovenel MOISE, la violence policière sur les journalistes qui, en dépit des maigres moyens dont ils disposent, font leur travail qui consistent  à informer la population et le reste du Monde sur la situation exécrable du pays », a, de son coté, denoncé le Collectif des Médias en Ligne (CMEL). Cette structure appelle aux confrères et consoeurs de faire corps pour défendre la liberté de la presse garantie par la constitution haitienne de 1987 amendée en son article 28-1 .

Les deux associations lancent  un appel à la sérénité et invitent tous les travailleuses et travailleurs de la presse à continuer à faire preuve de professionnalisme et à agir avec prudence en cette période de trouble. Elles les conseillent de rester fermes face aux prédateurs des lois de la République et des normes démocratiques .

Jean Allens MACAJOUX 

[email protected]

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page