ActualitésEconomie
A la Une

Haiti/Économie: la rareté de carburant sur le marché local, entre mensonge et vérité

Depuis certaines années, les produits pétroliers deviennent de plus en plus rares sur le marché local. Ces derniers jours la situation est devenue plus inquiétante, vu que cette substance est difficile à trouver dans le pays, même plus difficile que la cocaïne en Haïti. Cette situation macabre risque de mettre à couteau tiré les chauffeurs, passagers, les autres usagers, les vendeurs ambulants de carburant entre autres. Alors que les informations données par les autorités compétentes du pays ne sont pas cadrées à celles de l’Association nationale des propriétaires des stations-services (ANAPROSS), explique Marc André Deriphonse sur les ondes de la Radio Télévison Caraïbes, ce mercredi 10 Août 2022.

La vente illicite de carburant sur le marché national devient normal dans diverses régions du pays. Malgré les déclarations faites par le ministère du commerce sur l’interdiction de la vente des produits pétroliers dans les gallons jaunes, dans les stations d’essence, et l’annonce faite par le BMPAD sur l’arrivage des cargaisons dans les terminaux qui ne sont pas claires, la situation reste inchangée sous les yeux des autorités haïtiennes qui ne cessent que d’apprivoiser la population.

Marc André Deriphonse, lors de ses interventions montre que la rareté de carburant est devenue monnaie courante depuis des années. Tout au long de l’entrevue, il a été même en mesure de démentir l’information fournie par le BMPAD faisant croire qu’il y a déjà 105 000 barils de gazoline et de diesel qui ont été arrivés à Port-au-Prince le mercredi 3 août 2022 et déchargés aux terminaux de Thor et Varreux.

En ce qui a trait l’annonce faisant croire que la prochaine cargaison est prévue pour le 11 août prochain, le président de l’ANAPROSS a affirmé qu’il n’est pas informé. Même les propriétaires de stations-service ne sont pas au courant de ce que dit M. Ignace ST Fleur, a martelé, Marc André Deriphonse.

Pour le responsable de L’ANAPROSS, l’État ne place aucune commande de carburant. Il y a un bail. Chaque propriétaire de pompe à essence ayant la capacité de produire des demandes de carburant et peut en faire sans aucune autorisation de l’Éta, une fois que l’institution douanière joue son rôle pour contrôler la livraison des cargaisons, a-t-il ajouté.

En analysant la crise pétrolière, on pourrait dire que dans les prochains jours le pays connaîtra une rareté de grande envergure si les autorités étatiques ne font pas de diligences avec ou sans la subvention de ce produit transversal, prévoit Marc André Deriphonse.

FCN Haïti

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page