ActualitésEconomie
A la Une

Haïti-Économie: Irrégularité du marché de change, la BRH hausse le ton

Le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti, en conférence de presse, ce lundi 22 Août 2022, a annoncé toute une batterie de mesures visant à remettre de l’ordre dans le secteur de change, en désarroi depuis plusieurs mois. Il en a haussé le ton en prévoyant de faire secouer le marché pour faire respecter et appliquer les normes établies.

Au cours de cette conférence, Jean Baden Dubois a présenté une analyse de la situation économique et financière actuelle et les défis auquel fait face le pays. L’inflation, la situation sécuritaire, l’exode des cadres vers l’étranger notamment la république dominicaine, la diminution des transferts et l’incertitude du marché ont entre autres poussé la BRH à réajuster sa politique monétaire.

En guise de palliatif à la situation, la banque centrale compte agir à la fois sur l’offre et la demande afin de s’assurer l’efficacité des mesures tant conjoncturelles que structurelles, promet monsieur Dubois.

L’augmentation du réserve obligatoire sur des passifs en dollars en modifiant le circulaire 88-1, et l’augmentation du taux directeur pour les institutions financières, rendant plus chers les taux sur les lignes de crédit, une restriction rendant difficile l’arbitrage de ceux qui en profitent pour la revente du dollars sur le marché informel.

Parmi les autres mesures, on en compte l’élargissement des bons du trésor afin de permettre aux particulier d’y placer leur fond et bénéficiant du même coup d’un taux plus élevé. La BRH promet de veiller au respect strict de l’affichage en gourdes des prix des produits, et restituer les transactions de change de devise au marché formel, sinon régulariser le secteur.

L’occasion pour le gouverneur, l’économiste Jean Baden Dubois, d’annoncer des mesures visant à contrôler des transactions d’argents qui s’effectuent en ligne, notamment des changes de devises afin d’anticiper d’éventuels financements de terrorisme et d’activités illicites sur le territoire national. Les institutions spécialisées en la matière ont jusqu’au 30 septembre pour se mettre en règle, a-t-il poursuivi.

Il faut souligner qu’en dépit d’une certaines absences de loi sur la cyber criminalité dans le pays, les organismes non-gouvernementaux, etc… le gouverneur de la banque centrale laisse entendre qu’une main de fer sera employée pour intervenir et recadrer les contrevenants aux normes établies. D’ailleurs, a-t-il précisé, les réponses apportées sont le fruit d’une concertations du gouvernement d’Ariel Henri et d’autres institutions autonomes de contrôle financier dans le pays, tels que l’UCREF et l’ULCC.

FcnHaïti

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page