ActualitésInsécuritéSociete
A la Une

Haïti-Conflit Terrien: Sant Karl Lévêque dénonce la complicité des autorités policières et judiciaires

Sant Karl Lévêque se dit préoccupé par le fait que les conflits terriens sont à l’origine d’un ensemble de conflits sociaux ayant conduit pour la plupart à des mouvements politiques à travers le pays. La situation se détériore aujourd’hui à un point de toucher peut-être l’irrécupérable souligne Sant Karl Levêque qui pointe du droit les autorités policières et judiciaires comme complices.

Dans un communiqué publié le jeudi 11 août 2022, Sant Karl Lévêque attire l’attention de la population et les autorités haïtiennes sur les dégâts causés par les problèmes fonciers existant dans le pays depuis très longtemps.

Selon Sant Karl Lévêque, l’insécurité foncière fait partie des nombreux phénomènes récurrents qui n’ont malheureusement jamais été correctement adressés. Pourtant les conflits terriens sont à l’origine d’un nombre incalculable de conflits sociaux qui ont pour la plupart débouché sur  des mouvements politiques  :  (Goman (1806) ; Acaau (1843) ; Caco et Piquets (19e et 20e siècle) ; Mouvman Papay (20e siècle) …).  

« Le  Fondateur de la nation, Jean Jacques Dessalines, a d’ailleurs tenté d’apporter des éléments de réponses à ce problème qui divise continuellement la République. Il a payé de sa vie sa témérité, une preuve de la fragilité de la nation depuis sa genèse », pursuit le communiqué.

Présentant l’état actuel de la question foncière aujourd’hui, SKL souligne que la situation se détériore à un point de toucher peut-être l’irrécupérable. Si autrefois le fils du colon ou l’officier haut gradé profitaient de leur statut pour réclamer et/ou s’accaparer des terres qu’ils convoitaient, de nos jours, n’importe quel individu mal intentionné, profitant de son accointance avec une autorité politique, judiciaire ou policière, peut se servir de ce lien comme titre de propriété afin de disposer en toute quiétude des biens d’autrui, se plaint SKL.

Selon le constat du SKL, pour arriver à ses fins, l’individu en question s’appuie sur des groupes armés qui en plus de lui permettre d’entrer illégalement en possession du bien , peuvent facilement l’aider à se débarrasser physiquement du propriétaire légitime considéré comme un élément gênant.

L’Organisation SKL dit constater que cette situation est en recrudescence dans des localités comme la Croix-des-Bouquets, Tabarre, Pernier, Torcel, entre autres zones.

Durant ces derniers mois, l’Organisation de Défense des Droits Humains Sant Karl Lévêque (SKL) dit avoir reçu beaucoup de doléances de nombreux citoyens qui estiment être victimes d’un réseau bien organisé qui ne cesse de les exproprier.

Ils citent en exemple le cas du Pasteur Alcero Marc Arthur qui, depuis le mois de mars s’est tourné en dernier recours vers le bureau de l’organisation SKL. Sa plainte vise à dénoncer un groupe d’individus voulant s’accaparer d’un domaine  qu’il possède su la route de Tabarre.

« L’homme de Dieu a pris le soin de rapporter que de nombreuses menaces avec ordre de remplir une condition ont précédé à son enlèvement qui a finalement eu lieu  le lundi 2 mai 2022. Qui pis est, depuis le 20 décembre 2021, la justice a décerné un mandat d’amener à l’encontre de Juder Cajuste dans le cadre de cette affaire. (Une copie du mandat est annexée au présent rapport ) Malheureusement l’individu en question circule en toute liberté au vu et au su des autorités judiciaires et policières de la localité qui soi-disant espéraient sa comparution pour l’auditionner », se plaint l’organisme de défense des droits humains.

Selon le SKL, l’appareil judiciaire , sous l’emprise totale des bandits.

L’Organisation de Défense  des Droits Humains Sant Karl Lévêque (SKL) dit aborder ce sujet sensible pour attirer l’attention de chaque citoyen haïtien sur la prise en otage de notre système judicaire par des malfaiteurs en costume et des malfaiteurs aux pieds nus.

« Il est vrai que ces derniers ont occupé par la force le Parquet de Port-au-Prince, l’un des  lieux symboliques de la justice  haïtienne, le vendredi 10 juin 2022. Cependant les bandits ont officieusement pris le contrôle du système judiciaire ainsi que de la Police Nationale d’Haïti depuis des lustres », poursuit ledit communiqué.

Au regard de ce qui vient d’être élucidé,  l’Organisation de Défense des Droits Humains Sant Karl Lévêque (SKL) demeure convaincue que de telles frasques du système judiciaire ne feront que continuer à éloigner le pays des voies du changement. Cette situation témoignant la gravité de la faiblesse de nos institutions ne fait qu’isoler Haïti encore plus en la rendant beaucoup plus instable.

FCN Haïti

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page