Non classifié(e)GouvernancePolitique
A la Une

« Après le 7 février, le premier ministre Ariel Henry n’a plus le pouvoir d’engager le pays », déclare Joseph Lambert

Dans une adresse à la nation à l’occasion du 7 février 2022, le président du dernier tiers du Sénat, Joseph Lambert rappelle au premier ministre que sa mission en tant que premier ministre prend fin ce 7 février 2022. Par conséquent, le dernier PM du Jovenel Moise, ne fait que liquider les affaires courantes, et ne peut engager la nation sous aucune forme, soutient le senateur.

Pour une nouvelle fois, le président du Senat s’est adressé à la nation. Dans cette dernière sortie, l’élu du Sud-Est a fait l’historicité de la date 7 février 1986, date qui selon lui, rappelle la fin de la dictature des Duvaliers. Toutefois, M. Lambert, dit constater qu’en dépit des efforts, la démocratie est détournée en faveur des populistes qui n’étaient pas la hauteur des aspirations.

En outre, Joseph Lambert s’est prononcé sur la mort du président Jovenel Moise, assassiné lâchement en sa résidence privée, le 7 juillet 2021. « Haïti est devenue un lieu de désert qui orphelin de son président » regrette l’élu du Sud-Est, affirmant que suite à cette perte, la République d’Haïti est defacto aujourd’hui et la population est placée sous la dictature de la méfiance.

Plus loin, le président condamne le comportement du PM Ariel Henry, qui d’après ses dires, est incapable de délivrer la marchandise. Cette situation fait que l’Etat n’a pas l’autorité d’agir sur les problèmes du pays, notamment l’insécurité, la dégringolade de la gourde. « Le pouvoir se reconnait à son exercice. Un pouvoir qui n’agit pas n’en est pas un », rappelle-t-il.

Alors, à en croire le président du Sénat, Joseph Lambert la mission du Dr Ariel henry en tant que premier ministre prend fin ce 7 février 2022. Par conséquent, ce dernier n’a mission que liquider les affaires courantes de l’Etat, et ne peut engager la nation sous aucune forme, après la date 7 février. De ce fait, Joseph Lambert appelle le premier ministre a surseoir à toutes démarches visant l’organisation des élections et l’assemblée constituante. « Ariel Henry est le principal obstacle au dialogue », fait savoir Joseph Lambert. Face à la dégradation accélérée de la vie politique haïtienne, M. Lambert croit que seul un large consensus peut aider à résoudre la crise. « Il est nécessaire d’avoir une rupture qui ouvre sur la modernité ».

FCN Haïti

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Bouton retour en haut de la page