ActualitésSociete
A la Une

Haiti/Société : l’AFPE/FEMMES préoccupée par la crise haïtienne haïtienne à l’heure de la réouverture des classes

L’ Actions et Formation pour la Promotion et l’Épanouissement des Femme (l’AFPE/FEMMES) se dit préoccupée par la crise qui ronge le pays depuis plusieurs années. Dans une note de presse publiée en date du 28 septembre 2022, dont une copie est parvenue à notre rédaction, cette structure sociale présente un ensemble de constats sur les conditions difficiles evolue la population notamment la réouverture des classes pour l’année académique 2022-2023.

Consciente de la situation actuelle d’Haïti, l’Actions et Formation pour la promotion et l’épanouissement des Femmes sort mutisme pour sonner la sonnette d’alarme en vue d’un mieux pour les filles et fils du pays méprisés depuis trop longtemps. En somme, l’AFPE/FEMMES dresse un tableau muni de constats tels la rentrée scolaire, l’ajustement des prix et la crise de carburant, l’insécurité généralisée, le salaire minimum, entre autres font parties points forts de ces constats, explique la coordonnatrice générale de cette organisation, Mme Edelyne Vertus.

Selon la note, depuis plusieurs années, la conjoncture générale du pays empêche le plein déroulement de l’année scolaire en toute sérénité.
Ces bouleversements liés souvent aux soubresauts politique, aux luttes de clans et à l’instabilité ne permettent pas aux écoles de planifier leurs programmes, aux parents de s’assurer du développement socio-éducatif de leurs progenitures .

En outre, cette année, les incertitudes renforcent la fragilité de ce système éducatif haïtien; tant sur le plan de la gouvernance, de l ‘accès à l’école que de la qualité de l’enseignement.

L’ année scolaire 2022-2023 , reportée au 3 octobre 2023 survient à un moment où le pouvoir d’achat des concernés (parents et professeurs ) est de plus en plus dégradé au regard des faits suivants:

1-Indisponibilité du carburant dans les pompes et son coût journalier qui entrave la situation du parent qui doit envoyer ses enfants à l’école et lui donner de quoi manger pour la journée.

2-L’insécurité grandissante , malgré toutes les promesses de l’Etat, installe une grande peur chez les parents et élèves.

3-Prédisposition d’esprit des enseignants est à considérer aux fins d’éviter toute négligence et frustration académiques.

4-Révision en urgence du salaire minimum pour apporter un soulagement dans les budgets des ménages .

L’AFPE/FEMMES, à travers cette note s’adresse aux décideurs politiques et aux acteurs concernés de prendre toutes les mesures nécessaires pour la réussite de cette année scolaire déjà sérieusement hypothéquée par de nombreuses crises.

 » Enfants aujourdhui, dirigeants de demain, » devrait être notre devise, lit-on dans la note portant la signature de Mme Edelyne Vertus, coordonnatrice générale, mettant en évidence la qualité de vie et d’apprentissage des enfants qui est impératif pour les responsables au plus haut niveau de l’État.

FCNHAÏTI

SUIVEZ @FcnHaiti:

TWITTER

  &

FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page